Le Studio Antique c'est aussi : La fabuleuse épopée de la restauration d'une maison centenaire

L'acquisition de la maison centenaire a généré son lot de travail. Quoique toujours habitée, mais non entretenue depuis une quinzaine d'années, elle était en piteux état. Trous dans les murs, plafond de plâtre menaçant de s'effondrer, drain exposé, infiltration d'eau par le toit ayant exigé la démolition de murs à l'étage, patchworks aléatoires de peinture jamais terminés aux couleurs multiples, un escalier laissé au goudron.

 

   

Sans compter l'encombrement des lieux. La maison contenait 4 fois plus d'antiquités et d'items qu'elle pouvait en recevoir. Impossible de circuler, le sous-sol était impénétrable.C'est d'ailleurs par là qu'ont commencé les travaux. Des semaines passées à sortir des "choses" du sous-sol. Par trois fois, un ferrailleur est venu remplir son camion, à son grand bonheur!

 

Aussitôt dégagé, les meubles des étages y ont été descendus afin d'entamer les réels travaux de rénovation: nouveau plafond, nouveaux murs et beaucoup, beaucoup de plâtre!

 

La présence de goudron dans l'escalier s'explique par le fait que c'était la manière, à une certaine époque, de coller du tapis. Ce tapis avait été arraché une trentaine d'années auparavant. La première étape était d'enlever ce goudron dans le but de retrouver le bois. Grattoir d'une main, super-décapant de l'autre... c'est un échec. Bien épais ce goudron, un fer chauffant serait peut-être une meilleure option. Quelques bouts de doigts brûlés plus tard, cette étape a permis de trouver, sous le goudron trois autres couches de colle : une jaune, une blanche et une verte, toujours bien collante, encastrée dans les moindres fibres du bois. Une sableuse s'impose. C'est alors qu'un nuage de poussière a envahi les lieux pendant 3 semaines.

 

La science du papier sablé va comme suit: petit chiffre = gros grain = ça arrache! Grand chiffre = petit grain = finition. Dans l'ordre : 24-36-50-80-100-120 oublions le 150. Une deuxième sableuse s'impose, bien utile dans les coins. L'application de l'huile teintée Tabac a confirmé que ce mois poussiéreux en valait la peine. La rampe et les barreaux d'un Mahogany Rouge n'ont eu besoin que d'un rehaussement de couleur.

 

 

L'étape finale, la peinture. Au latex cette fois, car la peinture à l'huile appliquée il y a 40 ans n'existe plus. C'est long peinturer lorsqu'on est seule. C'est pourquoi je dois un énorme merci à mon team de peintres, mes parents!

 

Trois mois de travaux plus tard, c'est enfin le temps de s'amuser et de composer les décors. Ma main tremble encore lorsque vient le temps de visser dans un des vieux murs de plâtre, on ne sait jamais si celui-ci va s'effriter au complet!

 

Le Studio Antique, c'est une année complète de dur labeur dédiée à la sauvegarde d'un patrimoine, à un projet stimulant tourné vers le partage du passé et à la créativité artistique qui s'en dégagera. C'est pourquoi nous sommes heureux de vous dire : Bienvenue.

 

Tags: